November Ultra nous livre un premier album en forme de journal intime.

 

L'écoute de ce premier opus nous emmène dans les draps, entre les murs de l'appartement d'une chanteuse à la voix envoutante. 

 


 

Chanter jusqu'à demain

November ultra se met au chant très tôt, découvrant seule le plaisir que cela lui procure. C'est son grand-père espagnol, Ramòn, qui lui apprend sa première chanson à trois ans. Il lui fait découvrir des films musicaux cultes qui seront fondateurs pour elle. 

À 11 ans elle intégre le Conservatoire où elle joue du piano et chante dans une chorale. Forte de cet apprentissage technique, elle trouve sa prope voix et embarque pour plusieurs projets musicaux: avec Agua Roja, Barbara Pravi et Terrenoire. 

La technique est vitale, mais le chant doit exprimer ce que vous ressentez au fond de vous car l’instrument, c’est votre corps.” 

 

 

Un album comme un sanctuaire

Lors de ces années à vivre avec et à accompagner des artistes, elle apprend son métier et découvre comment faire de la musique en partant de ses expériences, de ses sensations, de tout ce qui l'entoure.

Doux et intime, Bedroom walls sonne comme une invitation dans le sanctuaire de son interpréte, en l'occurence, la chambre parisienne où il a été composé.  

Le titre qui a donné le nom à l'album rend hommage à cet espace orné de messages d'amis, de libre, d'objets, de cadeaux. C’est là que November s’est sentie assez libre pour s’exprimer sans filtre et sans fard, se montrer profondément sincère en évoquant ses émotions et expériences passées tout en pensant à la personne qu’elle devenait en suivant le chemin initiatique qui allait la mener vers l’âge adulte. 

 

de la chambre aux salles de concert

En 2022 la chanteuse entamait ainsi une tournée pour jouer sur scène ce premier album passant par et le Printemps de Bourges, Montreux Jazz Festival, Solidays ou encore Le Trianon

Lors de son passage au Printemps de Bourges elle disait "Me voir sur scène c'est s'attendre à tout", alors rendez-vous le 11 mars à La Cordo ! 

 

 

©inès-karma